« Marchés d’esclaves » en Libye : l’Afrique s’indigne, Paris manifeste, Haiti se tait!

Publié par : Erlie Redacteur 20 November 2017 International

« Des garçons grands et forts » vendus aux enchères pour 1.200 dinars libyens. Un récent reportage de télévision américaine, CNN, montrant des migrants africains vendus comme esclaves en Libye, et largement partagé sur les réseaux sociaux, a suscité des réactions indignées en Afrique, à l’ONU et un peu partout dans le monde

Aucune note officielle n`a été transmise à la presse par les pouvoirs de l`état, aucun tweet du président Jovenel Moise n`est venu éclairer l`opinion publique sur la position des dirigeants haïtiens après la diffusion mercredi 15 novembre d`une vidéo de la chaîne de télévision américain CNN montrant une vente aux enchères de migrants noirs comme esclaves en Lybie.

Les parisiens, à l`initiative de Cllaudy Siar et de plusieurs associations, sont descendus dans les rues pour protester devant les locaux de la représentation diplomatique lybienne et demander des enquêtes sur ce scandale et l`arrêt immédiat de ces pratiques barbares.

Le président en exercice de l’Union africaine (UA), le Guinéen Alpha Condé, et le gouvernement sénégalais se sont indignés, tout comme le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui a demandé que le sujet soit mis à l’ordre du jour du sommet Union africaine-Union européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan. De son côté, le président togolais Faure Gnassingbé parle d’infamie.

Pour sa part, le haut-commissaire des Nations unies (ONU) aux droits humains, Zeid Ra’ad Al-Hussein, a dénoncé, le 14 novembre, la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, qualifiant d’« inhumaine » les accords passés par l’Union européenne avec ce pays.

Mais comment expliquer ce silence radio du coté haïtien, alors qu`Haiti a été le premier pays à conquérir son indépendance en combattant l`esclavage au prix du sang de milliers d`hommes et de femmes?

Mère de liberté, Haiti a toujours prêté main forte à tous ceux qui combattent contre l`oppression. Mais, aujourd`hui, la tendance, semble-t-il, est de se tenir loin des victimes et de se ranger du coté des prédateurs et des oppresseurs. En témoignent les nombreux tweets présidentiels contre le mouvement des Catalans…

Ecouter la Radio en Direct